USA : Les Diggers : The Free City Collective


Diggers :  The Free City Collective

 “Le moment est donc venu de nous donner plus d'envergure et de nous atteler à la tâche de créer des Villes libres et gratuites dans les zones urbaines du monde occidental.
Diggers :  The Free City Collective

Les Diggers/Free City Collective forment un collectif contre-culturel anarchiste basé à San Francisco, actif entre 1966 et 1969, animé notamment par Kenny Wisdom, alias Emmett Grogan. Issus en partie de la San Francisco Mime Troup, qui avait été créée en 1959, les Diggers se placent entre l’apolitisme des mouvements hippies et l'activisme révolutionnaire des groupes de la New Left, la Nouvelle Gauche.


Yves Frémion assure que les Diggers refusent les “pleurnicheries des non-violents, la plupart du temps mystiques, des apôtres de la défonce libératrice et des gourous imbéciles”, et d'autres affirment qu'ils s'opposaient également au trop grand intellectualisme des groupes révolutionnaires de la New Left. Comme pour le Black Panthers Party [les diggers seront solidaires], le militantisme doit, au contraire des concepts théoriques et politiques de la New Left, apporter des réponses concrètes et immédiates aux plus pauvres et aux opprimés ; et assurer une organisation pratique et quotidienne de la lutte. A l'image des collectifs insurgés du monde entier, prenant modèle sur les Provos d'Amsterdam, les Diggers estiment qu'il faut sans attendre faire la Révolution, que l'organisation doit être en mesure de créer des contre-espaces de liberté, de communautés autonomes ; un life-acting devant faire modèle. Dans ce cadre, la Ville prend toute son importance : “Le moment est donc venu de nous donner plus d'envergure et de nous atteler à la tâche de créer des Villes libres et gratuites dans les zones urbaines du monde occidental.” Pour bien marquer l'importance du milieu urbain comme zone de lutte, à la fin de l’été 1967, le collectif Diggers changera de nom pour s'appeler Le Free City Collective. 
Voici un des textes rédigés par le collectif Diggers/Free City Collective présentant son programme, que nous reprenons du [magistral et incontournable] site Freakencesixties, dont les auteurs estiment qu'il peut être considéré comme leur testament politique.

Le jeu comparatif et post-compétitif 

de la ville libre et gratuite.


Notre degré de conscience exige que nous fassions plus d'efforts pour passer du jeu de compétition qui prévaut dans l'underground à une répartition comparative des rôles entre familles libres dans des Villes libres et gratuites.
Nous devons mettre nos ressources en commun et stimuler mutuellement nos énergies pour assurer la liberté de nos activités respectives.

Dans chaque ville du monde, il y a un underground informel où règne la compétition, composé de groupes dont les objectifs se chevauchent, se font concurrence et, dans l'ensemble, viennent entraver le but recherché d'autonomie. Aujourd'hui, nous avons tous des flingues, nous savons nous en servir, savons qui sont nos ennemis et sommes prêts à nous défendre (1).

Nous savons que nous ne laisserons plus emmerder. Le moment est donc venu de nous donner plus d'envergure et de nous atteler à la tâche de créer des Villes libres et gratuites dans les zones urbaines du monde occidental.

 Ville Libre
Et la ville était d'or pur,
semblable à du verre clair.
Et ses portes ne devront pas
jamais être fermées,
car il n'y aura point de nuit.

Les Villes libres et gratuites sont composées de Familles libres (à San Fransisco, par exemple, les Diggers, les Black Panther, les Provos, les Mission Rebels, et d'autres communes et groupes révolutionnaires qui mettent en place et administrent des services fournissant une base de liberté permettant aux groupes autonomes de mener à bien leurs projets sans trop avoir à se soucier des questions pratiques de nourriture, d'imprimerie, de transport, de mécanique, d'argent, de logement, d'espace de travail, d'habillement, d'équipement de camionnage, etc...

A ce stade de notre révolution, il faut que les familles, les communes, les organisations de noirs et les groupes de toutes les villes d'Amérique coordonnent et établissent des Villes libres et gratuites où tout ce qui est nécessaire peut-être obtenu gratuitement par celles et ceux qui s'impliquent dans les diverses activités de chaque clan.

Chaque frère et chaque soeur devrait disposer de ce dont il ou elle a besoin pour faire ce qui doit être fait.

La Ville libre et gratuite
Une ébauche...un commencement
Chaque service devrait être fourni par un groupe soudé de frères et de soeurs dont le dévouement devrait permettre de supporter une surcharge de travail avec enthousiasme et compétence. Les "amateurs" se lassent vite, souvent avant de devenir un fardeau économique.

Le centre de communication et d'information de la Ville libre et gratuite
Devrait coordonner tous les services, les activités et les offres d'aide et envoyer du soutien là où il y en a le plus besoin. Constitue également un point de référence pour l'aide juridique, le logement, l'équipement, etc; sert d'adresse postale aux groupes et personnes sans lieu fixe et oriente les énergies dispersées vers les endroits où elles peuvent être le plus utile. (La charge de travail proscrit généralement, ou devrait proscrire, la transmission de messages adressés par des parents à leurs enfants fugueurs... cela devrait être laissé aux églises de quartier.)

Le centre de stockage et de distribution de nourriture gratuite.
Devrait faire le tour de toutes les sources de nourriture gratuite existante - marchés, halles, boucheries industrielles, fermes, laiteries, éleveurs de boeufs et de moutons, écoles d'agronomie et grandes institutions (pour leurs volumineux restes de repas) - et remplir leurs camions de ces surplus en les mendiant , les empruntant, les volant, en discutant et se mettant en cheville avec des livreurs pour récupérer leurs restes en fin de tournée....La meilleure méthode est de travailler en deux équipes : un groupe du matin, qui collecte les denrées et une équipe de l'après-midi qui les distribue à une liste de Familles libres et d'habitants des quartiers pauvres . Tous les jours. Ça fait un sacré boulot.

Digger Free Shop

Ce groupe devrait aider les gens à mettre en commun leurs bons alimentaires et faire en sorte que leurs vieilles copines, ou un autre groupe, ouvrent un restaurant gratuit pour les gens de passage ou vivant dans la rue. Les grosses prises devraient être emmagasinées dans un grand garage ou un entrepôt équipé de congélateurs, dont l'emplacement serait uniquement connu du groupe chargé de la nourriture gratuite. Ce groupe devrait aussi prévoir et fournir une assistance pour la mise en pots et la conservation des aliments, la préparation du pain et des grands repas et tout ce qui touche de près ou de loin à la nourriture.

Diggers : distribution gratuite de nourriture 

Le garage-atelier de la Ville libre et gratuite.
Pour la réparation et l'entretien de tous les véhicules utilisés par les différents services. Ils se chargent de trouver eux-mêmes les pièces et les outils nécessaires à leur travail, qu'ils peuvent généralement obtenir en entretenant de bonnes relations avec des casses, de grandes écoles de mécanique automobile et en trainant un peu partout où l'on peut trouver facilement du matériel automobile. Le garage devait être un lieu assez spacieux auquel n'accèdent pas les bricoleurs qui ne font que générer du travail supplémentaire pour les mécanos sérieux.

La banque-trésorerie de la Ville libre et gratuite
Ce groupe devrait s'occuper de la collecte d'argent, de la libération (2) de fonds, du paiement des loyers et de l'essence et de toutes les autres dépenses indispensables des Familles de la ville libre et gratuite. Il devrait aussi prévoir et organiser de petits trafics (ventes de gâteux, etc...) pour les enfants pauvres des ghettos et contribuer à la réparation et à l'entretien du matériel nécessaire au bon fonctionnement des différents services.

L'assistance juridique de la Ville libre et gratuite.
Des avocats de haute volée, coriaces et pleins de verve, qui veulent vraiment défendre les droits de la Ville libre et gratuite et de ses services.... Pas de petits blancs de gauche, épris de justice, débordant de bons sentiments et de mauvaise conscience, mais des gagneurs de procès de première classe...Ralliez les meilleurs juristes, capables d'administrer sans faille l'argent et les biens libres et gratuits et de battre en brèche le harcèlement et les brutalités policières dans vos quartiers.

Les logements et espaces de travail de la Ville libre et gratuite.
Louez ou trouvez des arrangements avec l'administration municipale pour occuper des espaces abandonnés et en faire des ateliers de menuiserie, des garages, des théâtres, etc. Louez des bâtiments entiers, sans les laisser devenir des crash pads. Mettez en place des lieux d'accueil pour les nouveaux arrivants ou visiteurs en vous arrangeant avec les propriétaires de petits hôtels pour disposer de chambres gratuites en échange de petits travaux domestiques, de gardiennage, etc. Des grands entrepôts peuvent être aménagés par des artistes décorateurs et transformés en palais où faire de gigantesques bals-fêtes-festins libres et gratuits.
Il faudrait un groupe solide de deux ou trois types forts en négociation pour effectuer cette libération d'espaces au coeur des villes, capables de travailler avec les juristes pour passer des accords et déjouer les bureaucraties municipales et les promoteurs immobiliers...Les églises sont des cibles à privilégier lors des recherches de lieux car elles sont parmi les plus grands propriétaires immobiliers et doivent être approchées avec détermination et sans aucune naïveté.


Les magasins et ateliers de la Ville libre et gratuite.
Aucun objet bon pour la décharge ne devrait se trouver dans ces magasins....De la place devrait être laissée à des nanas (3) pour qu'elles puissent coudre des robes, faire des pantalons sur commande, des retouches aux vêtements, etc. Les gérants devraient être des acteurs de la vie capables de remettre les connards à leur place . Il est important que ces endroits soient des lieux de première classe, sans les relents de charité d'Armée du Salut / Saint Vincent de Paul. Tout doit être super. Avoir du style...la grande classe. C'est gratuit parce que c'est à vous!

Les dispensaires libres et gratuits
Devraient être implantés dans tous les quartiers pauvres et tenus par des médecins indépendants libres de toute attache institutionnelle . La banque de la ville libre et gratuite devrait s'efforcer de couvrir leurs frais, des accessoires médicaux devraient être taxées aux pharmacies, etc. Il est important que les médecins soient des frères et ne demandent pas à être rétribués (comme le Dr David Smith de la Free Clinic Hippie de San Fransisco qui est loin d'être un frère...très loin)

L'hôpital de la Ville libre et gratuite
Devrait être une maison dont l'espace a été aménagée en chambres, disposant si possible d'un jardin, servant à accueillir les convalescents et les personnes qui ont perdu les pédales ou viennent juste d'être relâchées d'institutions psychiatriques ou pénitentiaires et qui ont besoin de la chaleur et du réconfort des leurs plutôt que des murs froids et aliénant d'une institution urbaine.

Le groupe d'aménagement et de décoration de la Ville libre et gratuite
Des groupes d'artistes provenant d'universités et d'écoles des Beaux-Arts devraient être rameutés pour aider à attaquer la décrépitude sordide des bas quartiers et de la plupart des endroits où vivent les familles libres...En peignant des paysages sur les murs des immeubles.... en installant des escaliers en fibre de verre...des trucs dingues. Des petits groupes de bons peintres, sculpteurs, décorateurs qui aménagent un environnement confortable pour la collectivité; Des matériaux et équipement peuvent être dégotés dans les universités, les fabricants,etc.

Les écoles de la Ville libre et gratuite
Des écoles conçues et gérées par différents groupes selon les principe de leurs Famille libres (par exemple, l'Ecole Libre et Gratuite des Noirs, l'Ecole d'Art Créatif Anarchiste,etc.) Ces écoles devraient utiliser des lieux mis à leur disposition par le groupe chargé de libérer des espaces pour la Ville libre et gratuite.

Le groupe d'information et de communication de la Ville libre et gratuite
Publie un journal quotidien, une revue mensuelle, offre un service gratuit de photocopie et imprime les annonce des autres groupes ainsi que tous les bulletins spéciaux et textes de propagande des diverses Famille de la Ville libre et gratuite. Les machines devraient être maintenues en parfait état avec le concours des différents autres services. Des feuilles grand format peuvent être récupérées dans des usines et coupées aux formats souhaités.

L'Animation de la Ville libre et gratuite...Le Comité des fêtes
Généralement plusieurs Familles y participent et coopèrent pour proposer des activités aux gosses... Des bals, des happenings, des représentations théâtrales, des spectacles de danse, et de joyeuses expérimentations spontanées....Les concerts dans les parcs sont souvent plus faciles à organiser en louant un camion à plate-forme de 6 mètres de long qui servira de scène au groupe de rock et à transporter son matériel; des tracts devraient conseiler aux gens d'amener de la nourriture à partager avec leurs voisins; un comité devrait être chargé des banderolles, des accessoires décoratifs, ballons, cerfs-volants, etc; un électricien devrait être là pour s'occuper du générateur et s'assurer que la sono fonctionne; un gros travail qui peut se faire facilement si l'on confie les tâches les plus difficiles à des personnes compétentes.

Les Coopératives Agricoles et les Camps de Vacances.
Les coopératives agricoles devraient être gérées par des ouvriers expérimenté. les Terres libres et gratuites devraient aussi accueillir des artisans qui expédieront leurs produits à la Ville libre et gratuite. Les coopératives doivent prodire les aliments indispensables aux familles....une partie des terres libres ne pouvant être cultivées devrait être utilisée comme terrains de camping et/ou camps de bungalows pour les citadins qui ont besoin de se mettre au vert ainsi que pour les enfants que l'on pourrait envoyer passer l'été dans les bois.

Le Corps des Récupérateurs et le Groupe de Transport
sont responsables de l'enlèvement des ordures et du ramassage et de la livraison du matériel des différents services ainsi que de la récupération de tout ce qui peut leur sembler utile pour un projet ou un autre. Ils devront s'occuper du parc des camions et être particulièrement conscients du coût exorbitant que représenteraient des camions utilisés n'importe comment par des rigolos.

Les Réparateurs, Bricoleurs, Etc. de la Ville Libre et Gratuite
feront les réparations et maintiendront les locaux en bon état....Des réparateurs expérimentés de toutes sortes, des électriciens et des charpentiers. Ils devraient disposer d'un atelier ou d'un entrepôt pour ranger leur matériel.

Les Stations de Radio, Télévision et Informatique de la Ville Libre et Gratuite.
Demandez des temps d'antenne libres et gratuits aux stations de radios et chaînes de télévisions; exigez une fréquence particulière pour que la Ville libre et gratuite puisse avoir sa propre station; louez des ordinateurs pour organiser la révolution ou pour tout autre usage constructif imaginable.

La Musique de la Ville Libre et Gratuite.
La musique libre
D'où vient ta musique,
le sais-tu

Qu'est-ce qui détermine la pause entre chaque phrase
L'intervale qui s'étend entre les groupes de sons
Qui suit le rythme
Qui le devance
Voilà le cadeau
Ce qui souffle à travers un corps qui répond à l'esprit et un
esprit qui ne se renferme pas sur lui_même
C'est ce truc
Dont nous sommes tous faits, oublie-le puis essaie de le retrouver
Ce truc qui est là et entièrement libre et gratuit
La corde de banjo infinie et sans crainte a inventé de nouvelles formes musicales

qu'elle doit acheter d'elle-même pour jouer

$ * $ * $


La fête appartient à l'homme gras et toutes les salles font des affaires. Il multiplie le battage publicitaire, les glandes de l'envie; il te fait payer l'entrée puis ensuite présente ce qui est disponible à la foule. tout d'un coup tu as quelque chose à perdre. il répand l'info en payant pour cela et dit aux gamins qu'ils sont moches, ternes, puants et sans imagination . Puis il leur vend des médicaments et leur dit "écoute gamin, change de nom, change de jeux, fais ce que tu veux mais ne le fais pas gratuitement"  C'est le jeu des intérêts particulier et il peut s'appliquer à toute chose.

La fête appartient à l'homme gras et toutes les salles font des affaires. Il multiplie le battage publicitaire , les glandes de l'envie; il te fait payer l'entrée puis ensuite présente ce qui est disponible à la foule. tout d'un coup tu as quelque chose à perdre. Il répand l'info en payant pour cela et dit aux gamins qu'ils sont moches, ternes, puants et sans imagination . Puis il leur vend des mdicaments et leur dit "écoute gamin, change de nom, change de jeux, fais ce que tu veux mais ne le fais pas gratuitement" C'est le jeu des intérêts particulier et il peut s'appliquer à toute chose.

L'homme gras tient une salle minable, mais c'est la seule, n'est-ce pas ? Il sera là jusqu'à ce que nous ayons libéré les gentils.
Les formes de la vie et les formes de l'art inter-agissent
Regarde l'homme gras dans Life
Regarde l'homme gras dans Time
Regarde les formes que prend l'homme gras

L'industrie du disque, le racket des promotions pour dancings et les rôles d'artistes-stars-célébrités-héros qu'ils développent et promeuvent sont les formes que prend l'homme gras et entravent la musique.
Le spectacle présenté sous les projecteurs n'a pas changé de forme depuis qu'il s'est cristallisé et devenu business. Il a atteint le terme de son évolution. les gosses ne dansent pas, ils regardent car maintenant les groupes sont des pros et on ne rigole pas avec des pros. Quand tu paies pour aller danser, le medium est le business. Le problème est de libérer la forme et la fête.

Quelques idées pour Libérer la Roue des Ferries :
A) Les contrats pourraient prévoir des morceaux gratuits sur tous les albums
Un groupe connu pourrait occuper une face d'un album et diviser l'autre face en séries de deux pistes qui seraient donnés gratuitement. Donnez un coup de pouce à un frère par dessus le merdier du business pour qu'il parvienne jusqu'aux oreilles des nôtres. Deux vérités ne se font pas concurrence.
B) Un certain nombre de disques pourraient être mis en vente avec des pochettes vierges
économisant l'art graphique et l'imprimerie et laissant un espace vierge pour des artistes locaux. Des pochettes toutes faites reviendraient plus chères.
C) Laisser tomber les notes d'information et les "photos-du-groupe"
Imprimez les partitions des morceaux, les plans d'amplis et d'électrophones bon marché afin que les petits génies locaux puissent brancher plus de gamins sur des bons poèmes, des patrons de fringues, des recettes.

D) Ajouter 1% à tous les royalties pour être utilisés librement
Des équipements pour des salles de répétition gratuites
Des sonos pour des concerts gratuits
Des communautés musicales pour des types qui ne travaillent pas
E) Envoyer d'autres groupes faire vos tournées de promotion
Après tout, ce n'est pas seulement votre musique, c'est la musique dont nous faisons tous partie. Faites-le bien comprendre aux gens. Libérez-vous du délire de star de l'homme gras en abandonnant votre nom (4). Combien de fois peut-on aller à Des Moines ?
***

Ils étaient des immigrants qui étaient venus de trop loin pour que leur seigneur puisse retrouver leur origine, et qui, puisque leur servage ne pouvait pas être présumé, passaient forcément pour libres bien que nés de parents non libres.
Mais le fait devait être transformé en droit.
Il était essentiel que les vilains , venus s’installer dans les villes à la recherche d’un nouveau gagne-pain, puissent se sentir en sécurité, sans avoir à craindre d’être ramenés de force dans les manoirs dont ils s’étaient évadés.
Ils devaient être délivrés des devoirs de travail et de toutes les autres obligations détestées dont la population servile était accablée, telle que l’obligation de se marier avec une femme de sa propre classe et de laisser au seigneur une partie de leur héritage.

Bon gré mal gré, au cours du douzième siècle, ces revendications appuyées comme cela était souvent le cas par de dangereuses révoltes, avaient dû être satisfaites.
Les conservateurs les plus obstinés, comme Gilbert de Nogent, en 1115, en étaient réduit à des vengeances verbales, parlant de ces communes détestables où les serfs s’étaient installés pour échapper à l’autorité de leurs seigneurs et pour se débarasser des ses droits des plus légaux.
La liberté est devenue le statut légal de la bourgeoisie, si bien qu’elle n’était plus seulement un privilège personnel mais territorial, inhérent au sol des villes de la même manière que la servitude l’avait été sur le sol seigneurial.
Pour l’obtenir, il suffisait d’avoir résidé pendant un an et un jour à l’intérieur des murs de la ville.





Nourriture gratuite
          Viande de lion
         Légumes d’âme
         Produits Laitiers de Première Qualité
                    Tous les matins livrés à
                    votre communauté.
          Poisson frais
                    Fruits mûrs
                              Légumes Verts
                    Chaque soir nourrissez les frères
                    et soeurs dans ta maison. 
C’est gratuit parce que c’est à vous
              Donnez votre adresse et le nombre de
              personnes dans la communauté au frère derrière
              le comptoir à la Psychedelic
              Shop.
                                 ...Doit Etre Fait Maintenant...



Une modeste proposition:
Les San Franciscains, dans l'intérêt de l'éternité & par respect envers leur maire, recommanderont le programme d'actions suivant à cette municipalité cet après-midi, 25 avril [1968]à 16 heures :

1) que les bâtiments municipaux inoccupés soient restitués aux habitants pour être recontruits, embellis & remis à neuf afin que les gens puissent y vivrent gratuitement

2) que toutes les denrées alimentaires & le matériel en surplus non utilisés actuellement pour l'aide sociale soient redonnés aux habitants pour redistribution via dix magasins autonomes gratuits de quartier, dont les loyers seront pris en charge par la ville.

3) que du matériel d'imprimerie et des camions soient mis à disposition pour la dissémination d'informations gratuites à travers la ville afin que les habitants puissent se connaître les uns les autres et constituer des canaux d'entrées disponibles à tous.

4) que la ville fournisse des moyens pour des célébrations de la ville, de la planète et de leurs êtres vivants au sein des quartiers autonomes.

5) que les parcs et autres endroits publics soient restitués au peuple pour des actes gratuits de la vie : toute autorité délivrant des permis sera dissoute.

Ce sont des visions qui seront réalisées par les habitants de San Francisco. Le maire de la ville est invité à partager cette vision. Une célébration du solstice d'été à l'échelle de la ville marquera l'entrée de San Francisco libre dans l'éternité
Bienvenue à la maison

[25 avril 1968]


Souple et turbulente, une ronde d’hommes
Chantera en orgie dans le matin d’été
leur bruyante dévotion au soleil
Non comme à un dieu mais comme à quoi un dieu pourrait ressembler,
Nu parmi eux, comme une source sauvage.
Leur chant sera un chant de paradis,
Emanant de leur sang, retournant vers le ciel;
Et dans leur chant entrera, voix après voix,
Le lac venteux où se délecte leur seigneur,
Les arbres, comme des séraphins, et les collines sonores,
qui leur font écho longtemps après leurs chants
Ils connaitront la communion céleste
entre les hommes qui périssent et le matin d’été.
Et d’où ils venaient et où ils iront
La rosée sur leurs pieds témoignera.
rue
     libre
Que Ressent-On A Marcher Dans Une Rue Que L’On A Gagnée


[24 février 1968]




NOTES
(1) Des Diggers, comme beaucoup d'autres, avaient l'habitude de porter une arme étant doné le climat d'insécurité qui règnait dans le quartier de Haight Ashbury. La ComCo a publié un tract disant : "An Armed Man Is a Free Man." - "Un Homme Libre Est un Homme Armé" [Charles Perry The Haight Ashbury. A History ]

(2) Liberate : Terme radical , qu'un straightappelerait voler. On libère un bien en le rendant disponible pour la communauté. Dans la philosophie digger, on demande d'abord lorsque cela est possible, et si l'on essuie un refus, on libère.

(3) Parmi les défauts d'Emmett Grogan, le machisme n'était pas le moindre....Machisme largement répandu dans les groupes radicaux, qui explique l"apparition d'un radicalisme féministe, en réaction à cette reproduction des stéréotypes sexistes dans les milieux révolutionnaires.

(4) L'abandon du nom - l'anonymat, est une référence digger au même titre que la gratuité. les Diggers abandonneront eux-mêmes leur nom.



SOURCES

Le [magistral] site français Freakencesixties [traduisant d'autres textes anglais de l'incontournable site internet américain : Diggers.org], et bien d'autres encore... A visiter. 

Diggers.org

LIENS


Les Diggers de San Francisco

USA : American Indian Mouvement

Des Black Panthers dans la ville

Hippies : Communautés et Back-to-Land

Amsterdam : Luttes Urbaines


2 commentaires:

  1. J'avoue que je trouvais le nom de votre collectif, Laboratoire Urbanisme Insurrectionnel, un peu audacieux et je me demandais ce qu'il pouvait bien recouvrir... Au fil de vos articles nous présentant tous ces groupes, collectifs et autres qui ont tenté de re-penser la ville, de l'organiser autrement, je comprends mieux maintenant ! Vous avez encore beaucoup d'expériences urbaines "insurrectionnelles" à nous faire partager ??
    Je ne peux hélas pas vous soutenir "financièrement" mais je recommande votre blog.

    Merci pour nous faire découvrir tout ceci !

    RépondreSupprimer
  2. Merci à Vous de nous lire et d’apprécier : c'est toujours très agréable et cela nous donne quelque courage...
    Nous avons une infinité d'expériences à vous faire partager, un véritable gouffre sans fond de luttes, de textes, de constructions savantes ou improvisées, de life-acting courageux, de post-révolutions radieuses ou désespérantes, de contre-attaques militaires et de dérives urbaines capitalistes extrêmes ou insidieuses...

    RépondreSupprimer