Walter Benjamin | Passagenwerk




La ville, lieu stratégique de l'affrontement des classes

Michael Löwy

Insurrections, barricades et haussmannisation de Paris
dans le Passagenwerk de Walter Benjamin
2005


L'espace urbain comme lieu du combat entre les classes : voici un aspect souvent négligé par les travaux savants sur le thème de la ville dans le Passagenwerk. Pourtant, il occupe une place de choix dans ce projet inachevé. Le traitement du sujet par Walter Benjamin est inséparable de sa méthode historiographique, qu'on pourrait tenter, provisoirement, de définir comme une variante hérétique du matérialisme historique, fondée (entre autres) sur deux axes essentiels :
a) une attention systématique et inquiète pour l'affrontement des classes, du point de vue des vaincus - au détriment d'autres topoï classiques du marxisme, comme la contradiction entre forces et rapports de production, ou la détermination de la superstructure par l'infrastructure économique ;
b) la critique radicale de l'idéologie du Progrès, sous sa forme bourgeoise, mais aussi dans ses prolongements dans la culture politique de la gauche.

Eric Hobsbawm | La ville et l'insurrection


Paris | Barricades

Les révolutions sont déterminées par des situations politiques et non par la structure des villes plus ou moins propice à l'insurrection. Encore qu'une insurrection urbaine ou un soulèvement spontané puissent être l'étincelle qui met en route le moteur de la révolution.

Eric Hobsbawm
La ville et l'insurrection
Espaces et sociétés / 1970

Quelles que soient les différentes manières de définir la ville, 
celle-ci est, entre autres, un lieu de concentration de gens pauvres et, dans la plupart des cas, le foyer du pouvoir politique qui gère leur existence. Historiquement, ces populations urbaines ont été des foyers de manifestations, d'émeutes et d'insurrections sans compter l'exercice d'une pression directe sur les autorités qui sont parvenues à opérer en leur sein. Le citadin moyen se préoccupe fort peu de savoir si le pouvoir de la cité est simplement local ou s'il s'étend au niveau régional, national ou même au-delà. Cependant, que ces villes soient ou non des capitales (ou, ce qui revient au même, des cités-indépendantes) ou le lieu des sièges sociaux des entreprises géantes nationales ou internationales, ce problème affecte directement à la fois les plans des autorités et ceux des mouvements politiques visant le renversement des gouvernements, le champ d'implication des révoltes et insurrections urbaines étant évidemment d'autant plus étendu que la zone d'influence de la cité dépasse le cadre purement local.

Jean-Pierre GARNIER | La reproduction proliférante des diverses espèces de Sociologus academicus radicalis en milieu social parasitaire dominant


Groupe Utopie : Urbaniser la lutte de classe Ou remarques critique sur la récente tentative de pacification des contradictions. 1970 [*].


Tout le mode sait, en fait, que le fameux « droit à la ville », aujourd’hui, est plus exclusif et excluant que jamais, et qu’il continuera d’en être ainsi jusqu’à ce que les possesseurs du sol et de tous les moyens de production de l’espace urbain soient expropriés..

La librairie parisienne « Tropiques » publie un texte de Jean-Pierre Garnier, « édifiant » et critique à propos notamment du rôle des intellectuels de gauche contemporains, dans le cadre de sa participation au Colloque Géocritique International qui s'est tenu à Barcelone au printemps 2018, sur le « thème éminemment "ré-enchanteur" de » : 

SCIENCES SOCIALES ET CONSTRUCTION
D'UNE SOCIÉTÉ POST-CAPITALISTE
La reproduction proliférante des diverses espèces
de Sociologus academicus radicalis
en milieu social parasitaire dominant


XV Coloquio Internacional de Geocrítica
Universidad de Barcelona 7-12 de mayo de 2018

Episode 1
Les sciences sociales
dans une perspective post-capitaliste 

une porte ouverte à la science-fiction ?

Dans un article publié dans la New Left Review, « The Future of the City », le géographe urbain étasunien, Frederic Jameson, théoricien critique de la notion — de fait un pseudo-concept — de « post-modernité » et de ce qu’elle recouvre, à savoir l’entrée dans un monde que le philosophe slovène marxiste Slavoj Zizek qualifie de « post-politique » [1], affirmait ce qui suit:
« Il est plus facile d’imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme » [2]
Je pense que cette appréciation est un bon point de départ. Pour aller où ?

USINES en VILLES




 " Il est maintenant temps de décider s’il faut poursuivre la tendance à expulser l’industrie urbaine de la ville ou de la réintégrer dans l’économie locale."

Cette étude réalisée par le Cities of Making project team nous interroge à double titre ; d’une part sur le rôle et la place de l’industrie en milieu urbain (à Bruxelles, Londres et Rotterdam), et d’autre part sur l’état de la pensée urbaine en France, de l’intelligentsia (qui n’a pas été conviée à y participer) [1], qui d’une manière générale se désintéresse prodigieusement de cette question politique, écologique et sociale, pourtant cruciale...

L’étude est en anglais, téléchargeable ici :

Le site :

Introduction en français :

Urban manufacturing’

vu simplement comme la production dans les villes de biens échangeables à grande échelle, est un aspect mal compris dans le contexte urbain, qui est rarement pris en compte dans la planification urbaine. Après des années de déclin et de délocalisation, les villes européennes doivent remettre en question le rôle de leur industrie urbaine.