Edward SOJA | Justice Spatiale

Hong Kong

Le concept de Justice spatiale, énoncé par Le droit à la ville d'Henri Lefevbre en 1968, n'est autre qu'une tentative de la grande tradition figurative bourgeoise à résoudre, sur le plan d'une idéologie anachronique, les déséquilibres, les contradictions et les dysfonctionnements sociaux des villes ; et à la manière de Le Corbusier, l'on pourrait leur adjoindre le slogan : Urbanisme ou Révolution ! L'idée d'une Ville Juste est bien la preuve d'une contorsion intellectuelle pseudo-humaniste névrotique ;  car l'on sait qu'il est illusoire de proposer des contre-espaces architecturaux, et plus encore urbains : la recherche d'une alternative inscrite au sein même de structures libérales qui conditionnent toute la nature de la condition du projet, est dans les termes une contradiction évidente et historique. L'arriération politique de ce groupe d'intellectuels est marqué par leur relance de l'éthique de l'architecture et de l'urbanisme, en leur assignant des missions politiques destinées à apaiser les tensions, un réformisme érigeant l'Existenz minimum urbain plutôt qu'une ville - une vie - idéales. 


VIRILIO | Mur & Bunkers



Les fortifications du Mur de l'Atlantique - et de Méditerranée -, comme celles des lignes Maginot et Siegfried, bâties pour prévenir une invasion ennemie, n'auront été d'aucune utilité : le Débarquement du 6 juin 1944 rendait caduque le système de défense côtière comprenant 15000 ouvrages bétonnés, ponctué de ports transformés en forteresse. Mais ce Mur n'était pas seulement destiné à contrer une opération militaire ; il s'avère être le premier équipement militaire « moderne » gigantesque, déjà constitué d'« armes invisibles » : les réseaux électroniques de détection, devant assurer la protection de l'Ouest européen, ainsi que la propagande sur l'invulnérabilité de l'ouvrage et du nazisme.


ISRAËL | Le Concept de Sécurité dans les Projets Territoriaux







EYAL WEIZMAN

Le concept de sécurité
dans les projets territoriaux israéliens
La pensée de midi | 2006


Quand l’architecture des colonies de peuplement et la construction du mur obéissent à une stratégie militaire rien moins que “provisoire”.


Bien qu’équipée de capteurs électroniques et d’appareils de surveillance, l’armée moderne continue de concevoir ce qui relève de l’observation et du contrôle en termes topographiques. A propos de l’avantage stratégique actuel des montagnes de Cisjordanie, un groupe d’experts israéliens sur la sécurité déclare : “En raison de leur altitude et de la zone qu’ils commandent […], les sommets [de Cisjordanie] jouent un rôle crucial dans trois domaines au moins : alertes électroniques des services de renseignements, surveillance au loin et construction de stations radar de défense aérienne pour être rapidement informé et mener la guerre électronique.”

IRLANDE du Nord | Architecture Politique (et Militaire)




Golf Five Zero watchtower 
Crossmaglen, South Armagh, Northern Ireland,  'Borucki Sanger' 
1999


Jonathan Olley
Castles Of Ulster

En 1997, le photographe Jonathan Olley obtient l'autorisation de photographier les casernes fortifiées et les tours de contrôle encore en service de l'armée britannique en Irlande du Nord.   Nouveaux châteaux forts de l'Ulster pour Olley, Tom Paulin les qualifient de Martian spacecraft, symbolisant la complète défaite de la politique et des valeurs civiques. Aujourd'hui, la plupart de ces fortifications militaires ont été démantelées en réponse aux accords de paix. 

Israël | Contrôle Territorial, Urbanisation Périphérique et Ségrégation Ethnique


Jerusalem | 1972 | Carte US Army

« Le territoire avec son espace et sa population est non seulement la source de toute force militaire mais il fait aussi partie des facteurs agissant sur la guerre, ne serait-ce que parce qu'il constitue le théâtre des opérations. »
Carl von Clausewitz.



Mikhaël ELBAZ
Contrôle territorial, urbanisation périphérique et ségrégation ethnique en Israël
Revue Anthropologie et sociétés | 1980


L'étude des formes et des modes de regroupement urbains dans les sociétés industrielles renvoie à celle de la pénétration du capitalisme en largeur et en profondeur. Nous entendons par là que les processus d'urbanisation sont déterminés par un double procès, d'une part la dé-territorialisation graduelle des producteurs des formes de production pré-capitalistes et d'autre part, la fixation-concentration tendancielle des travailleurs qui n'ont que leur force de travail à vendre dans des branches et secteurs de la production qui ont nécessairement une inscription spatiale. Cependant, la division socio-spatiale du travail au sein d'une formation sociale donnée demeure un procès complexe que seule une analyse historique du développement inégal et combiné du capitalisme peut éclairer. En effet, nous partons du postulat que le déploiement du capitalisme s'est fondé historiquement à partir de la constitution d'un marché et de la soumission des modes de production antérieurs, de la montée de la bourgeoisie comme classe hégémonique qui tente de contrôler et de clôturer une base d'accumulation au sein de laquelle elle nationalise les sujets et définit l'espace du droit.

Israël | La conquête de la Palestine

Homa Ve Migdal  [Tour & Enceinte]


Alain Dieckhoff
Les trajectoires territoriales du sionisme
Vingtième Siècle. Revue d'histoire. n°21 |1989


Dépouiller le sionisme du principe territorial et vous avez détruit son caractère et effacé ce qui le distingue des périodes précédentes.

C'est ainsi que l'essayiste Jacob Klatzkin définit l'or iginalité profonde de l'entreprise sioniste : parce qu'elle a une visée politique, celle de la réunification de la nation juive, elle a nécessairement une dimension territoriale puisque le rassemblement des dispersés ne pourra se faire qu'à l'intérieur d'un espace clos et autonome. Le sionisme se présente, ainsi, comme un projet avant tout géographique. On peut dès lors se demander comment ce projet a été, historiquement, mis en oeuvre : de quelle façon l'espace de la Palestine a-t-il été façonné, utilisé, travaillé par des pratiques pour devenir un territoire dans lequel s'inscrit un pouvoir politique ? Autrement dit, sur quelles stratégies territoriales le sionisme a-t-il dû s'appuyer pour réaliser son objectif national ? C'est à repérer les modalités d'organisation de l'espace, tant dans le Yichouv (communauté juive de Palestine d'avant 1948) que dans l'Etat d'Israël, et à mettre en lumière leurs incidences politiques que nous nous emploierons.


Exécution | Espace Public






La Révolution de 1789 avait abrogé les supplices des condamnés infligés sur la place publique, et adopté la guillotine : la mort par décapitation qui jusqu'alors était réservée à la noblesse se démocratise et se mécanise. En 1939, le ministre socialiste Daladier interdit la mise à mort publique ; en 1981, le président socialiste Mitterrand abolit la peine de mort ; dans les deux cas, le retard est considérable par rapport aux autres pays démocratiques. Parallèlement, le système pénitentiaire, loin de s'"humaniser", instaura dans le confinement et la discrétion des maisons d'arrêt, des maisons de redressement et des prisons, une « pénalité de l'incorporel », celle de la torture psychologique qui s'adresse autant au corps qu'à l'âme du détenu.  


Michel Foucault
Surveiller et punir
1975

Damiens avait été condamné le 2 mars 1757, à « faire amende honorable devant la principale porte de l’Église de Paris », où il devait être « mené et conduit dans un tombereau, nu, en chemise, tenant une torche de cire ardente du poids de deux livres » ; puis « dans le-dit tombereau, à la place de Grève, et sur un échafaud qui y sera dressé, tenaillé aux mamelles, bras, cuisses et gras des jambes, sa main droite tenant icelle le couteau dont il a commis le dit parricide, brûlée de feu de soufre, et sur les endroits où il sera tenaillé, jeté du plomb fondu, de l'huile bouillante, de la poix résine brûlante, de la cire et du soufre fondus ensemble et ensuite son corps tiré et démembrer à quatre chevaux et ses membres et corps consumés au feu, réduits en cendres et ses cendres jetées au vent [1] ».

« Enfin on l'écartela, 

Gabriele BASILICO

Beyrouth 1991

Gabriele BASILICO

Ce grand « Photographe d’architecture » né à Milan est décédé en ce 13 février 2013.