Architectures du Front populaire


Villejuif,  groupe scolaire Karl-Marx | 1933

Jean-Louis COHEN
Architectures du Front populaire
Le Mouvement social | janvier – mars 1989

La durée est à la base de toute production architecturale appréciable et il y a donc quelque paradoxe à vouloir saisir dans le champ de la construction l'effet d'un phénomène politique tel que le Front populaire, qui ne débouchera guère sur des actions publiques permettant l'essor d'une architecture spécifique. Les inflexions déterminantes en matière de politique de l'habitation et de l'urbanisme sont bien antérieures et correspondent aux lois Loucheur et Sarraut, la « pause » dans les programmes de construction consécutive à la crise ne s'achevant pas avec le Front populaire, mais avec la reconstruction d'après 1945.



S'il n'y a donc pas de rupture significative dans la continuité des politiques d'intervention publique liées à l'architecture, qu'en est-il de la discussion sur l'organisation professionnelle de l'architecture ? La coupure fondamentale dans ce domaine est, en général, identifiée avec la création de l'Ordre des Architectes sous Vichy. Pourtant, la réglementation du port du titre d'architecte, aspect essentiel de la loi du 1er décembre 1940, est au centre d'un projet de loi déposé au nom du groupe communiste par Paul Vaillant-Couturier à la Chambre en 1937, et assez bien accueilli par Pierre Vago dans L'Architecture d'Aujourd'hui (1). Certes, la dimension corporative de la loi de 1940 est absente, mais il n'est pas inutile de noter que l'institutionnalisation de la profession, souvent considérée comme un « legs infâme » de Vichy, aurait pu être, par certains de ses aspects, une « conquête » du Front populaire...

En fait, au sein d'une profession fondamentalement conservatrice, touchée par l'arrêt des chantiers consécutif à la crise, et dans laquelle les mouvements d'Anciens Combattants connaissent un succès certain à partir du début des années 1930, la politique du Front populaire ne soulève qu'un écho tout à fait modéré. Le milieu professionnel des architectes est par ailleurs coupé en factions hostiles, caractérisées par leur attitude vis-à-vis de la modernité et du régionalisme, et certains des porte-parole de ce dernier courant ne répugneront pas à faire des appels du pied aux Nazis en 1937 (2). Dans ces conditions, force est de constater que l'écho des politiques du Front populaire est plus sensible chez les groupes qui se réclament du fonctionnalisme que chez les partisans d'une architecture enracinée dans la tradition et le local (3).


Les socialistes


Les interférences les plus sensibles de la politique du Front populaire et de la production architecturale n'auront pour terrain ni l'habitation ni l'organisation des professions, mais bien la culture architecturale même. L'architecture devient en effet dès le début des années 1930 un terrain explicite d'affirmation des politiques municipales des partis de la gauche française. Le recours à des formes nouvelles pour la conception des opérations urbaines et architecturales est une composante consciente de la politique de certains maires socialistes des grandes villes et de leur banlieue.

Dans ses deux fonctions de maire de Suresnes et d'administrateur de l'Office Public d'Habitations de la Seine, Henri Sellier fait appel à l'équipe d'Eugène Beaudouin et Marcel Lods, qui édifient en 1934 l'école de plein air à Suresnes (4) et la cité de la Muette à Drancy. C'est également en 1934 que le maire SFIO de Villeurbanne, Lazare Goujon, inaugure le nouveau centre urbain, comprenant des « gratte-ciel » d'habitation, un « palais du Travail » et un nouvel hôtel de ville (5). Ce programme de la mairie est, d'ailleurs, très présent dans les situations urbaines de banlieues où l'affirmation de l'autonomie communale face aux centres métropolitains comme Lyon ou Paris est essentielle dans les programmes municipaux. Ceci explique, par exemple, le choix fait par le sénateur-maire de Boulogne-Billancourt, André Morizet, de confier au prix de Rome visionnaire Tony Garnier la réalisation du nouveau palais communal, inauguré, lui aussi, en 1934 — la proximité des élections municipales de 1935 n'est sans doute pas étrangère à cette concomitance —, mais étudié par Garnier et Jacques Debat-Ponsan depuis 1926 (6).

Le faste civique déployé lors de l'inauguration de chacun de ces bâtiments n'est pas un aspect accessoire de la politique qui les inspire. Visant à transformer le quotidien de la vie citadine, ces constructions doivent aussi témoigner de façon spectaculaire de la modernité de la gestion municipale de la gauche, et plaider ainsi en faveur de son accession à la direction politique du pays.


Les communistes

Le Parti socialiste n'a pas le monopole de cette attitude. L'inflexion de la ligne du Parti communiste vers l'unité d'action va, en effet, conduire celui-ci à envisager sa politique non plus simplement comme un champ d'expression des revendications, mais bien comme un champ dans lequel la capacité gestionnaire des « bolcheviks français » pourra être mise en évidence. C'est, en tout cas, ce que fait remarquer Marcel Cachin en juillet 1933 à Villejuif, lors de l'inauguration du groupe scolaire Karl-Marx (7).

L'épisode de Villejuif est intéressant à plus d'un titre : d'une part, le bâtiment conçu par André Lurçat intègre les recherches récentes en matière de pédagogie et d'hygiène, dans le même temps qu'il développe à grande échelle les thèmes formels de l'architecture moderne ; il fait ainsi figure de dispositif d'accès à la modernité technique pour les enfants des faubourgs ; mais, d'autre part, l'école fonctionne aussi, notamment par la publicité qui lui est faite avant, pendant et après son ouverture, en direction de publics assez variés. Pour Vaillant-Couturier qui, en 1930 déjà, avait veillé, sous l'influence de Léon Moussinac, au choix de Lurçat, de préférence aux techniciens grisâtres des entreprises liées aux municipalités « ouvrières et paysannes », il s'agit, trois ans après la commande initiale et .quelques mois après la fondation de l'Association des Artistes et Ecrivains Révolutionnaires, de donner un témoignage de l'ouverture du PCF à la collaboration avec les artistes et les techniciens antifascistes, autant que de s'affirmer comme gestionnaire capable et novateur (8).

L'activité de l'AEAR reste cependant assez mince dans le champ de l'architecture : à côté des activités pédagogiques de Lurçat, qui anime en 1933-1934 un atelier situé rue Daguerre, dans lequel les cours de théorie sont donnés par le philosophe Max Raphaël, la section d'architecture de l'association ne regroupe que quelques jeunes autour d'un Lurçat absentéiste et d'un autre personnage énigmatique, Roger Ginsburger. Ce dernier, qui avait à la fin des années 1920 le correspondant parisien de la revue Das neue Frankfurt, et qui avait publié en France nombre d'articles sur le neues Bauen, est l'auteur du seul article publié par Commune sur l'architecture, consacré à la situation architecturale en URSS après le concours du palais des Soviets (9).

Ginsburger assure, dans sa correspondance avec les dirigeants des Congrès internationaux d'architecture moderne, qu'il agit pour créer une section de 30 architectes, opposés à l'idée d'une « architecture moderne indépendante », défendue, selon lui, par Le Corbusier et ses amis de la revue Plans. La volonté affichée par Ginsburger de convoquer une « conférence sur les buts d'une architecture révolutionnaire » ne semble pas déboucher sur la moindre mesure pratique, sans doute à cause du choix fait par son initiateur d'entrer à plein temps dans l'action de l'Internationale syndicale rouge. Devenu en 1936 secrétaire de Jacques Duclos, portant le pseudonyme de Pierre Villon, Ginsburger ne reviendra plus à l'architecture (10).


Les stratégies de Le Corbusier


Condamné à la fois par un compagnon de route doublé d'un rival, tel que Lurçat, qui le critique dans ses conférences de Moscou en 1934, par Ginsburger, et aussi par Moussinac dans les colonnes mêmes de l'Humanité, Le Corbusier a délaissé l'intérêt pour la scène soviétique qui avait été le sien avant 1930, mais il reste entouré de son associé Pierre Jeanneret et de collaborateurs tels que Charlotte Perriand ou Jean Bossu, dont les positions sont plus proches de celles des communistes.

Dans le même temps, Le Corbusier fait figure de héros positif dans l'histoire de l'architecture rédigée en 1934 pour l'Institut supérieur ouvrier de la CGT majoritaire par Emilie Lefranc, sous le titre Des pharaons à Le Corbusier. Dans ses analyses des doctrines du « Mouvement moderne », elle met en évidence l'existence de deux obstacles majeurs à Sa diffusion : « l'aménagement actuel de la propriété » et la « résistance de l'opinion publique », affirmant toutefois que « sur bien des points, l'architecture rationnelle rejoint les préoccupations émancipatrices » (11).

Le mouvement ouvrier aura donc, pour E. Lefranc, toutes les raisons de se saisir de l'architecture nouvelle, tandis que les architectes et les urbanistes, « paralysés par le régime lui-même et condamnés à des retouches de détail sans grande efficacité », auront, eux aussi, toutes les raisons d'agir dans le sens de l'émancipation.

Les premiers pas de l'unité d'action voient la création d'une « Union des architectes » dans le cadre de la « Maison de la Culture » d'Aragon et Malraux, le secrétaire de celle-ci étant, d'ailleurs, le jeune architecte Jean Nicolas, lié à Le Corbusier. Mais ce n'est pas tant dans la transformation des organisations tentant de radicaliser les architectes que les effets du Front populaire vont être les plus notables.

Deux épisodes permettent de tenter une première approche des interférences entre la nouvelle situation politique et l'architecture. Il s'agit, en premier lieu, des inflexions que connaît la production de l'atelier de Le Corbusier et Pierre Jeanneret et, en second lieu, de la transmutation que subit un programme architectural existant, comme la Maison du peuple, avec la construction de celle de Clichy, inaugurée en 1939.

Le Corbusier, dont les rapports avec le Redressement français ou avec les théoriciens corporatistes et planistes étaient des plus étroits au début des années 1930 (12), réorganise ses amitiés et ses ambitions de projet autour de plusieurs thèmes. Le premier, tout à fait fondamental à la fois dans les intrigues de l'architecte et dans la politique gouvernementale, n'est autre que la préparation de l'Exposition internationale de 1937 à Paris. Le Corbusier ne ménage pas sa peine, non seulement pour assurer sa présence à l'Exposition, mais aussi pour faire de la localisation même de celle-ci une démonstration de ses propres idées sur la transformation de Paris.

Dès 1933, il s'efforce d'amener les Congrès internationaux d'architecture moderne (CIAM) à offrir leurs services pour la conception et la réalisation de l'exposition, dans le cadre de laquelle il s'acharne à vouloir situer son projet d'aménagement du bastion Kellermann. Par ailleurs, Le Corbusier et Pierre Jeanneret présentent un projet au concours pour les musées de la Ville de Paris et de l'Etat, dont la construction coïncide avec l'exposition.

Mais, en parallèle avec la réorientation de la thématique de l'Exposition consécutive au Front populaire, l'agitation déployée par Le Corbusier va, en fait, déboucher sur la construction d'un pavillon assez singulier et sur la tenue d'un congrès des CIAM reflétant assez directement les thèmes politiques de l'heure. Ultime projet d'une longue série dont les ambitions se seront peu à peu réduites, le « Pavillon des temps nouveaux » est une structure légère en treillis d'acier, câbles et toiles, qui entend n'être rien moins qu'un « Musée d'éducation populaire ». A l'intérieur du pavillon, Le Corbusier présente ses propositions pour l'Exposition elle-même et les dernières réflexions des CIAM (13).

« Dédié, au peuple pour comprendre, juger, revendiquer », le bâtiment n'est que l'abri d'une exposition dans laquelle les projets de différents groupes nationaux des CIAM côtoient le « Plan de Paris 1937 ». Ces projets répondent au thème « Logis et loisirs » qui est celui du congrès de Paris et comprennent notamment le « centre de vacances » d'Eileen Gray, le « gratte-ciel cartésien » de Le Corbusier, et un nouveau projet que ce dernier vient d'élaborer avec Pierre Jeanneret pour un « centre national de réjouissances populaires de 100 000 participants » (14).




Ce projet va bien au-delà du programme de stade olympique inscrit à l'origine dans l'exposition, et auquel avaient répondu Jacques Gréber, Georges-Henri Pingusson, Robert Mallet-Stevens et Maurice Rotival, sur le terrain de l'actuelle Maison de Radio-France. Le projet doit beaucoup à Pierre Jeanneret et, s'il n'est pas situé de façon univoque, puisqu'il est proposé de l'implanter au choix dans le bois de Boulogne, le bois de Vincennes, à Gentilly ou à Genevilliers, il est, en revanche, situé avec une grande précision dans le moment politique : Une telle construction ne doit pas être limitée aux sports olympiques seulement. Elle va pouvoir, par temps favorable, être utilisée presque chaque jour à des fins diverses. Le réveil du pays réclame des assises fréquentes, des fêtes ou du travail en commun : théâtre, cinéma de divertissement ou d'éducation ou de propagande, conférences civiques ou politiques. Enfin, les spectateurs doivent pouvoir devenir acteurs à l'occasion, en participant à des défilés. Ainsi est créée une forme particulière de lieu de réjouissances qui ne doit rien à l'Antiquité ou à tout autre époque. C'est un outil civique des temps modernes (15).


Le projet de Le Corbusier et Pierre Jeanneret est remarquable à plus d'un titre. Ce « centre populaire de loisirs à fonctions multiples » est desservi par la « route des défilés », qui se ramifie en longue rampes conduisant l'arène à proprement parler. Le système des rampes et la conception générale de la « biologie » de la construction l'apparentent fortement au projet conçu en 1931 pour le palais des Soviets, au moment où les relations entre Le Corbusier et l' « Autorité » soviétique étaient encore cordiales (16). Son articulation interne fait apparaître une réflexion précise de la part de l'architecte sur les grandes manifestations collectives, associant une « colline artificielle pour tableaux vivants » à une « tribune d'orateurs » et à de « grandes pelouses pour exercices gymniques » ; la couverture amovible de l'arène est raidie par un réseau de câbles tendus à partir d'un mât métallique de 100 mètres de hauteur, accueillant également les « salles d'acoustique » du complexe et, surtout, son « poste de commandement ».

Est-ce sous l'influence directe des manifestations unitaires d'avant 1936 en France ou en référence aux grands spectacles de masse soviétiques, italiens ou allemands que Le Corbusier et Pierre Jeanneret imaginent le fonctionnement de leur « centre national » ? Toujours est-il qu'ils tiennent à imaginer une commande politique directement issue de la conjoncture politique et sociale française de 1936.

Il en va de même pour un autre projet parisien exposé dans le « Pavillon des temps nouveaux », portant sur la rénovation de l'îlot insalubre n° 6. Dès 1925, Le Corbusier avait, dans son « plan Voisin de Paris », proposé une réorganisation drastique du plan de la capitale. Il ne s'agit plus, désormais, pour lui de reconstruire complètement le noyau historique, mais bien de faire une offre de services argumentée sur un de ces « foyers d'infection », voués à l'assainissement depuis le début des années 1920, que sont les « îlots insalubres ». Alors que les projets successifs sur le centre de Paris sont présentés comme devant permettre d'y créer enfin une « cité des affaires » digne de l'« époque machiniste », l'îlot n° 6 est soutenu par un argumentaire plus adapté à la situation politique, et centré sur la question de la « lutte contre le taudis ». Il ne s'agit plus, pour lui, de reproduire intra muros une organisation urbaine semblable à celle des constructions édifiées sur les bastions désaffectés, comme dans les projets déjà discutés pour les îlots insalubres, mais bien de mettre en oeuvre les idées architecturales sur l'habitation et sur la réforme urbaine exposées notamment en 1935 dans La Ville radieuse. Sur les terrains allant du boulevard Diderot à l'avenue Ledru- Rollin, deux grands immeubles à redans sont disposés, venant border l'emprise de la voie autoroutière Est-Ouest figurant dans tous les projets parisiens de Le Corbusier depuis le « Plan Voisin » (17).



A l'intérieur de ces immeubles, des appartements en duplex sont desservis par des rues intérieures, tandis que les services collectifs sont installés au pied des immeubles. Le plan final de l'îlot, habilement calé sur une découpe foncière contournée, superpose à l'échelle du Paris existant celle d'un espace urbain moderne, réglé non plus par le gabarit des rues, mais par l'orientation solaire optimale.

Le mode de réalisation proposé est original, puisqu'il n'est pas fondé sur le recours aux financements des Habitations à bon marché, mais sur l'utilisation d'un système assez complexe de copropriété, créé par les propriétaires et les locataires d'origine. Censé être graduel, ce système est inscrit par Le Corbusier dans la situation politique du moment :
Nous avons supposé que les événements sociaux nous laisseraient le temps d'appliquer ces méthodes, mais il faut que nous utilisions précisément l'agitation actuelle pour précipiter le programme. Il faut montrer le caractère progressif, même révolutionnaire, si l'on veut, de la méthode et il faut montrer aux masses ouvrières que ce qui les réduit au chômage, ce sont les méthodes capitalistes de la Banque de France. Il faut montrer que la crise vient de l'or. Il faut montrer à toute la population que l'avenir le plus magnifique serait ouvert à l'humanité si l'on arrive à briser la coquille d'or, de même que l'oiseau doit briser sa coquille pour vivre. En résumé, il suffit d'une amorce pour faire une démonstration et la méthode se développera toute seule (18).

A la fin 1937, Le Corbusier met en oeuvre une campagne de propagande pour son projet, à la fois en direction du Conseil municipal de Paris et en direction des différentes composantes de la coalition du Front populaire, dans le même temps qu'il s'efforce d'empêcher la démolition imminente du « Pavillon des temps nouveaux », consécutive à la fin de l'Exposition. Dans le cadre de cette campagne, il s'adresse notamment à Léon Blum, auquel il déclare vouloir instituer un « centre de réalisation d'architecture domestique » :

L'îlot n° 6 mettrait en jeu :
les charpentiers en fer ;
les carriers ;
les techniciens de l'air conditionné ;
les techniciens de l'insonorisation ;
les fabricants de meubles (équipements domestiques).

L'îlot n° 6 apporterait la solution aux problèmes :
du ravitaillement (aménagement coopératif des services communs) ;
des loisirs quotidiens (le sport au pied des maisons et, l'hiver, l'entraî-
nement physique systématique dans les salles communes ;
(de) la natalité (service prénatal, crèches) ;
(de) la médecine, de la santé (l'organisation de la vie saine) ;
(des) ateliers de la jeunesse (loisirs spirituels des jeunes gens) ;
(de) la séparation du piéton et de l'automobile (seule clef de la circulation) (19).


Le Corbusier, qui se présente dans sa lettre à Léon Blum, en tant que « président de la section urbanisme » de la Maison de la Culture, s'adresse au secrétaire de celle-ci, Jean Nicolas, en lui demandant de mettre en mouvement la CGT et le Parti communiste à l'appui de son projet (20).

En parallèle à cette opération parisienne, Le Corbusier s'engage dans une autre opération de séduction, portant cette fois sur la municipalité de Boulogne-Billancourt et son maire André Morizet. Utilisant des unités architecturales voisines de celles de l'îlot n° 6, il lui soumet deux projets distincts portant, pour l'un, sur les abords de l'hôtel de ville et, pour l'autre, sur ceux du pont de Saint-Cloud.

Ces deux fragments de « ville radieuse » sont censés accentuer l'image de modernité voulue par Morizet pour sa commune, en constituant deux paysages urbains nouveaux. Autour de la mairie de Tony Garnier, c'est une « Grand'place » semblable à celles des villes flamandes qui est proposée. Au pont de Saint-Cloud, c'est une large scénographie architecturale qui doit venir cadrer le débouché de l'autoroute de l'Ouest construite en vertu du plan d'aménagement de la Région Parisienne adopté en 1934 (21).

Le Front populaire induit donc chez Le Corbusier un déplacement de ses interlocuteurs politiques. Cessant pour un temps de compter sur le patronat éclairé, en tout cas pour ce qui est du « destin de Paris », il soumet ses idées à l'« Autorité » du moment, transformant tant leur localisation que leur formulation. Il ne rencontre cependant aucun succès décisif débouchant sur une commande réelle dans ses tentatives en direction des cercles de la SFIO ou dans ses efforts pour s'intégrer aux activités de la Maison de la Culture.

A l'occasion du débat sur le « réalisme », organisé par celle-ci en 1935, Le Corbusier s'oppose fortement aux thèses proches du « réalisme socialiste », formulées par le peintre communiste Jean Lurçat, mais il parviendra apparemment par la suite à conserver de bons rapports avec l'Union des architectes liée à la Maison. En décembre 1938, il participera au concours organisé pour la construction à Villejuif d'un monument à Paul Vaillant-Couturier, mais verra son très ambitieux projet d'un double mur en béton armé conçu pour la perception visuelle des automobilistes écarté par un jury composé notamment de Marcel Cachin, Francis Jourdain, Jean Renoir et Léon Moussinac. Ce projet reste cependant, avec le « centre national » de 1936, le seul témoignage de la prise en compte par Le Corbusier des composantes culturelles de la politique du Front populaire.



Si le « centre national » devait devenir le cadre de grandes festivités populaires, réglées depuis un « poste de commandement » le surplombant, c'est bien un des occupants potentiels de cette tribune qui est célébré avec le monument de Villejuif. Au-dessus de la route et des autos, l'espace de l'édifice est ponctué par un buste de Vaillant-Couturier haranguant les foules, par un livre ouvert et par une main tendue, comme en écho au propos de Thorez, et qui se métamorphosera, quinze ans plus tard, en main ouverte pour symboliser l'échange qui aura permis la création de Chandigarh.

C'est précisément ce thème traité par Le Corbusier de l'expression architecturale de l'ère de la technique qui est au centre des recherches sur lesquelles se fonde la Maison du Peuple de Clichy.


La maison du peuple de Clichy

Étudié à partir de 1935 pour la municipalité du socialiste Auffray par les architectes Eugène Beaudouin et Marcel Lods, l'ingénieur Vladimir Bodiansky et le constructeur nancéien Jean Prouvé, le bâtiment est achevé en 1939. Tant sa conception que sa réalisation s'inscrivent donc clairement dans le cadre chronologique du Front populaire, de l'affirmation de l'unité d'action antifasciste à la guerre. Le programme n'est pas pour autant d'une nouveauté absolue, dans son articulation d'une composante culturelle et associative — les bureaux des organisations ouvrières — et d'une composante commerciale plus rentable — le marché . Les deux premières composantes sont depuis longtemps associées dans les Maisons du Peuple édifiées depuis la fin du XIXe siècle en Belgique et dans les villes françaises limitrophes, comme Lille, Roubaix ou Tourcoing, puis dans le reste de la France. Elles ont également donné naissance dès avant 1914 à Paris à des projets intéressants comme celui de la coopérative la Bellevilloise, rue Boyer (22).

Essentiellement liées au mouvement coopératif et, dans une première phase tout au moins, autonomes par rapport à l'institution municipale, les Maisons du Peuple changent largement de sens après la guerre, et prennent leur place dans les politiques de reconstruction des « régions dévastées » et dans les politiques d'extension métropolitaine. Elles viennent constituer le centre de certaines des cités-jardins construites dans la région parisienne par l'Office d'Henri Sellier, et subissent, dès lors, une série de transformations.

Intégrées dans les stratégies d'investissement public, elles sont combinées avec des composantes de programmes plus commerciales, comme les piscines ou, de préférence, les marchés. Elles perdent par ailleurs leur place dans la distribution des produits de grande consommation (pain, épicerie), tandis qu'elles cessent d'occuper des emplacements relativement marginaux pour prendre un statut plus monumental, facteur de centralité urbaine.

Le bâtiment de Clichy doit être inscrit dans cette évolution. La composante proprement syndicale du programme est rejetée sur l'arrière, tandis que la façade sur le boulevard de Lorraine conduisant à Paris exploite les ouvertures du marché et de la salle de spectacle. Mais l'intérêt essentiel du bâtiment conçu par l'équipe de Beaudouin et Lods n'est pas sa position urbaine, délimitée par un îlot carré dépourvu de tour ou de beffroi.


C'est l'utilisation conséquente et systématique autant qu'ingénieuse des techniques de construction métallique légère qui donne à la Maison du Peuple de Clichy sa qualité unique dans la production française de l'entre-deux-guerres. Ces techniques ne sont pas simplement utilisées pour faire de son chantier une démonstration des vertus de la préfabrication et du montage des éléments, comme c'était le cas dans les chantiers antérieurs de Beaudouin, Lods et Prouvé, tels que le bâtiment de l'aéro-club de Bue, achevé en 1936, ou le Palais des Expositions proposé pour la Défense en 1935 avec l'aide de Bodiansky. La conjonction des dispositifs mécaniques raffinés de l'ingénieur aéronautique qu'est ce dernier et des éléments métalliques emboutis ou pliés conçus par Jean Prouvé, forgeron devenu manipulateur génial des tôles d'acier ou d'aluminium, permet de voir dans la machine architecturale de Clichy le premier véritable bâtiment multifonctionnel transformable (23).

Autour d'une structure porteuse de grandes poutres en profilés d'acier, Prouvé dispose ses panneaux légers répétitifs, contenant un isolant injecté à l'intérieur de deux minces coques de métal, tendues par un ressort et percées d'une fenêtre de voiture de chemin de fer. La structure principale dégage un grand vide rectangulaire au milieu du bâtiment, et supporte des glissières permettant l'effacement de la toiture par translation. Ce mouvement permet d'ouvrir à l'air libre l'intérieur du bâtiment. Par ailleurs, l'installation à la hauteur du premier étage d'un système de planchers démontables, rangés en piles verticales par des petits moteurs, permet d'effacer la séparation entre la salle de spectacle située à ce niveau et le marché situé au niveau de la rue. De multiples combinaisons d'activités deviennent ainsi possibles : marché à l'air libre entouré d'une galerie, spectacle à ciel ouvert, etc. Cette variété est encore multipliée par la mise en place de cloisons mobiles à glissières autorisant le découpage du premier étage en une série d'espaces indépendants et la création de salles de réunion de capacités différentes.

L'intérêt premier de la Maison du Peuple de Clichy réside dans la réflexion de ses auteurs qui s'oppose à la fois aux distributions prédéfinies et rigides en vigueur et à la recherche de solutions techniques sans horizon formel. C'est la totalité de l'organisme construit par eux qui est pensé avec des méthodes, des notions et des formes jusque-là réservées à l'univers de l'automobile ou de la construction aéronautique.

Jean Prouvé s'était déjà distingué auparavant en démontrant de façon spectaculaire la résistance du châssis monocoque d'une « traction avant » Citroën, qu'il avait fait jeter du haut d'une falaise. De son côté, Bodiansky maîtrisait à merveille les techniques du « revêtement travaillant » utilisées dans l'aviation (24).

Quelques mois après la fermeture de l'Exposition Internationale des Arts et des Techniques Appliquées à la Vie Moderne, un programme que ses connotations inscrivent dans l'action du mouvement ouvrier devient ainsi une sorte de démonstration du caractère positif, créatif, des expériences des industries de pointe. Dans une certaine mesure, la Maison du Peuple, équipement collectif d'usage quotidien, devient le pendant architectural de l'« aviation populaire » et fait figure de leçon de choses technique pour le large public. Beaudouin, Lods, Bodiansky et Prouvé paraissent bien illustrer le propos de Maurice Deixonne, qui glosait en 1930 sur les convergences entre le socialisme, « rationalisation intégrale de la société industrielle » et l'architecture, « art social par excellence », mettant en oeuvre cette rationalisation (25).


Le palais de Narbonne

Est-il possible cependant de généraliser l'exemple de Clichy et de vérifier l'existence d'une politique plus vaste conjuguant programmes à vocation populaire, formes et technologies avancées ? Rien n'est moins sûr, et il suffit d'évoquer le bâtiment du Palais des Arts, des Sports et du Travail de Narbonne, circonscription de Léon Blum, pour s'en rendre compte. Mis au concours très précisément en juillet 1936, il est construit par J. et P. Genard selon un projet symétrique réglé par un ordre monumental, évoquant le Mobilier National d'Auguste Perret ou le Musée des Colonies d'Albert Laprade et Léon Jaussely, mais aussi un classicisme monumental tel qu'on le rencontre de Moscou à Washington en passant par Rome et Berlin (26). L'architecture opère ainsi une étrange inversion des symboles politiques, édifiant sur les lieux de la regrettable « bavure » du 16 mars 1937 un symbole d'audace et de novation, et dans la capitale du Midi socialiste un palais rigide et glacé.

Jean-Louis COHEN
Architectures du Front populaire
Le Mouvement social : bulletin trimestriel de l'Institut français d'histoire sociale | janvier – mars 1989

NOTES

(1) P. VAGO, « Réglementation du titre et de l'exercice de la profession d'architecte », L'Architecture d'Aujourd'hui, n° 12, 1937, p. 90-91.
(2) C'est le cas du professeur d'architecture à l'École Polytechnique, Gustave Umbdenstock, qui fait parvenir en 1937 à Hitler un texte sur « L'homme, cet artiste inconnu ».
(3) Jean-Claude Vigato a décrit avec précision les circonstances des polémiques entre régionalistes et fonctionnalistes : J.-C. VlGATO, Doctrines architecturales dans l'entre-deux-guerres : le jeu des modèles, les modèles en jeu, Villers-lès-Nancy, École d'Architecture de Nancy, 1980.
(4) B. BARRAQUÉ, « L'École de plein air de Suresnes », in La banlieue oasis. Henri Sellier et les cités-jardins 1900-1940, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1987, p. 221-230.
(5) Voir la brochure de propagande éditée à cette occasion : Villeurbanne, 10 années de réalisation des Municipalités socialistes, Lille, 1934. Des matériaux nouveaux ont été découverts à l'occasion du cinquantenaire du quartier : cf. Villeurbanne-gratte-ciel, ou la banlieue devient ville, Villeurbanne, Le Nouveau Musée, 1984.
(6) N. FAUVEL, J.-L. SAMSON, 1934-1984. Cinquantenaire de l'Hôtel de ville de Boulogne-Billancourt, architecte Tony Garnier, Paris, Secrétariat de la Recherche Architecturale, 1984.
(7) M. CACHIN, « Villejuif va inaugurer la plus belle école de France », L'Humanité, 28 juin 1933.
(8) J.-L. COHEN, L'architecture d'André Lurçat (1894-1970), l'autocritique d'un moderne, thèse de doctorat, École des Hautes Études des Sciences Sociales, 1985.
(9) R. GINSBURGER, « L'architecture dans l'Union Soviétique », Commune, janvier-février 1934, p. 639-643.
(10) Voir sur cette trajectoire hors du commun J.-L. COHEN, « Roger Ginsburger, von der Architektur bis zur Révolution », Wissenschaftliche Zeitschrift der Hochschule fiir Architektur und Bauwesen, Weimar, n° 5-6, 1983, p. 408-410.
(11) E. LEFRANC, Des pharaons à Le Corbusier, esquisse d'une histoire de l'architecture, Paris, Centre Confédéral d'Éducation Ouvrière, 1934, p. 94.
(12) M.C. Mc LEOD, Urbanism and Utopia, Le Corbusier from Régional Syndicalism to Vichy, Princeton, 1985 (Ph. D. de l'école d'architecture).
(13) G. RAGOT, « [Le pavillon des] Temps Nouveaux », in Cinquantenaire de l'Exposition Internationale des Arts et des Techniques dans la Vie Moderne, Paris, Institut Français d'Architecture/Paris-Musées, 1987, p. 250-253.
(14) LE CORBUSIER, Des canons, des munitions ? merci I des logis... svp. Monographie du Pavillon des Temps Nouveaux à l'Exposition de Paris 1937, Boulogne-sur-Seine, Éditions de L'Architecture d'Aujourd'hui, 1938.
(15) Ibid., p. 98.
(16) Sur les rapports tumultueux de Le Corbusier et des dirigeants soviétiques, voir J.-L. COHEN, Le Corbusier et la mystique de l'URSS, théories et projets pour Moscou 1928-1936, Liège, Pierre Mardaga, 1987.
(17) LE CORBUSIER, Des canons, des munitions ?..., op. cit., p. 67-82.
(18) LE CORBUSIER, « Les îlots insalubres », dactyl., 1936, Fondation Le Corbusier Paris, boîte H3-10.
(19) LE CORBUSIER, lettre à Léon Blum, Paris, 30 décembre 1937, Fondation Le Corbusier, boîte H3-10.
(20) LE CORBUSIER, lettre à Jean Nicolas, Paris, 18 novembre 1937, Fondation Le Corbusier, boîte H3-10.
(21) « Boulogne-sur-Seine : urbanisation de la tête du Pont de Saint-Cloud », in M. BILL (publié par), Le Corbusier & Pierre Jeanneret, OEuvre complète 1934-1938, Zurich, Girsberger, 1964, p. 58-57. « Grand-place de la Mairie à Boulogne-sur-Seine », in W. BOESIGER (publié par), Le Corbusier. OEuvre complète 1938-1946, Zurich, Girsberger, 1946, p. 24-25.
(22) Voir sur les transformations du programme de la Maison du Peuple après la Première Guerre mondiale J.-L. COHEN, « Des bourses du travail au temps des loisirs, les avatars de la sociabilité ouvrière », in A. BRAUMAN, M. CULOT (publié par), Architecture pour le peuple, maisons du peuple, Bruxelles, Archives d'Architecture Moderne, 1984, p. 159-183.
(23) B. REICHLIN, « Maison du Peuple in Clichy, ein Meisterwerk des « synthetischen » Funktionalismus ? », Doidalos, décembre 1985, p. 88-99.
(24) Voir sur les projets de Prouvé J. van GEEST (publié par), Jean Prouvé constructeur, Delft, Delft University Press, Rotterdam, Muséum Boymans-van Beuningen, 1981.
(25) M. DEIXONNE, « Socialisme et architecture », La Nouvelle Revue Socialiste, janvier-février 1930, p. 55-60.
(26) Techniques et Architectures, 1943. p. 110-112.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire