De la misère en milieu hippie

Architectes : Superstudio [Italie] : Supersurface

L’urbanisme hip - essayant toujours de créer un espace confortable où pourrait fleurir sa pseudo-communauté - n’a jamais manqué de créer pour lui-même des réserves où les indigènes se regardent entre eux d’un air ébahi parce qu’ils en sont également les touristes.

groupe Contradiction
On the Poverty of Hip Life,
avril 1972

Les valeurs qui ont anciennement soutenu l’organisation des apparences ont perdu leur puissance ; la morale, la famille, le patriotisme et tout le reste sont tombés comme autant de poids morts. Les anciens rôles et les anciennes mystifications ne peuvent plus dédommager le sacrifice d’expérience authentique qu’ils demandent. Homme d’affaire, professeur, honnête travailleur, play-boy, femme de ménage - qui peut encore les prendre au sérieux ? Les idoles et les héros dominants deviennent risibles. Toute falsification est en crise.

Cette désintégration des valeurs ouvre un vide positif qui rend possible une libre expérimentation. Mais si cette expérimentation ne s’oppose pas sciemment à tous les mécanismes du pouvoir, alors, au moment critique où toutes les valeurs sont aspirées dans le tourbillon, de nouvelles illusions viennent combler le vide ; le pouvoir a horreur du vide.

FRANCE : Exode Urbain, Exil Rural

Raymond Depardon

Gatien Elie, Allan Popelard, Paul Vannier
Des pauvres relégués à la campagne
Exode urbain, Exil rural
août 2010
Quel citadin n’a jamais rêvé d’aller vivre à la campagne ? 
De fuir les rythmes oppressants pour retrouver la nature ? Ce fantasme champêtre néglige le fait que la vie en ville devient un luxe. Certains ménages modestes n’ont pas d’autre choix que de s’exiler en milieu rural, où la rareté des emplois et des services publics aggrave la précarité à laquelle ils croyaient échapper.

GRECE : Survie en temps de Crise : le Retour à la Terre

Rem Koolhaas, Exodus, 1972

Patrick Cockburn
The Independent, Londres
19 octobre 2011
Tandis que les grèves paralysent le pays et que les politiques débattent du sort de l’économie la plus touchée de la zone €uro, les Grecs sont contraints de revenir en arrière pour joindre les deux bouts, comme à Naxos, dans les Cyclades. Reportage.
Dans le coin, les gens reviennent dans les fermes qu’ils ont abandonnées il y a des années pour faire pousser des pommes de terre, des choux et des légumes afin de survivre à la crise,” déclare Petros Citouzouris en taillant ses vignes sur les hauteurs de Naxos, la plus grande île des Cyclades. Même les régions les plus isolées de Grèce sont emportées par la catastrophe financière.

CHYPRE, Varosha Ville Interdite

Varosha : Ville morte depuis 1974


En 1960, Chypre devient une république indépendante, membre de l’ONU et du Commonwealth. Le Royaume-Uni, la Turquie et la Grèce deviennent les États garants de l'équilibre constitutionnel. Le traité de garantie accorde, en particulier, un droit d'intervention militaire, sous certaines conditions, aux trois puissances garantes, pour rétablir l'ordre constitutionnel si celui-ci venait à être modifié.

China Miéville : The City and the City

China Miéville
If Philip K. Dick and Raymond Chandler’s love child were raised by Franz Kafka, the writing that emerged might resemble… The City & The City.
Los Angeles Times
China Miéville
The City and The City
China Miéville est membre du Parti socialiste anglais, parti trotskiste d'extrême gauche, et s'est présenté à la Chambre des Communes de 2001 en tant que candidat de la Socialist Alliance (il a obtenu 1,2% des votes).

Murs et Checkpoint

Bansky

Evelyne Ritaine

La barrière et le checkpoint : mise en
politique de l’asymétrie
Evelyne Ritaine, directrice de recherche FNSP


L’ancien Big Brother était préoccupé par l’inclusion – l’intégration, mettre les gens en rang et les y maintenir. Ce qui intéresse le nouveau Big Brother, c’est l’exclusion – c’est chercher les gens qui ne conviennent pas au lieu où ils sont ; les bannir de ce lieu et les déporter “là où est leur place” ; ou, mieux encore, ne jamais les autoriser, pour commencer, à se rapprocher de ce lieu. Le nouveau Big Brother fournit aux officiers de l’immigration les listes de gens qu’ils ne devraient pas laisser entrer, et aux banquiers la liste de ceux qu’ils ne devraient pas admettre dans la compagnie de ceux qui sont dignes de crédit. Il donne aux gardes des instructions concernant ceux qu’ils devraient arrêter devant les grilles et ne pas laisser pénétrer dans la communauté de l’autre côté des grilles. Il insuffle aux surveillants du voisinage l’idée d’épier et de chasser les prétendus rôdeurs ou ceux qui ont des intentions louches – étrangers qui ne sont pas à leur place. Il offre aux propriétaires des circuits de télévision fermés, pour empêcher les indésirables de s’approcher. Il est le saint patron de tous les videurs, que ce soit au service d’une boîte de nuit ou d’un ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur.

Zygmunt Bauman 1

Mike DAVIS : La voiture piégée : la force aérienne du Pauvre


La plus grande majorité des organisations communistes révolutionnaires pratiqueront la propagande par le fait dirigée contre des cibles précises et elles ne feront guère usage de la violence aveugle dans le but intentionnel de tuer le plus grand nombre de civils innocents. Peu ont recours à la voiture piégée, instrument de mort et de destruction massive. Mike Davis nous raconte l'histoire de la voiture piégée, aussi bien utilisée par la CIA que par les groupes terroristes dont la logique est la terreur aveugle, le but,  d’indicibles carnages. Une forme de fascisme. 

Mike DAVIS
Les forces aériennes du Pauvre
Article publié par TomDispatch.com en 2006
Prélude au livre Petite histoire de la voiture piégée

Présentation de Jean BATOU

Le texte que nous présentons aujourd’hui s’intitule «Les forces aériennes du pauvre». Il y ébauche une histoire des attentats à la voiture piégée. Pour Davis, il s’agit d’une «arme semi-stratégique, comparable par sa puissance (…) à l’aviation, du fait de sa capacité de détruire des localités urbaines et des quartiers généraux». Peu coûteuse, elle est à la portée des plus démunis, en particulier des mouvements populaires des pays dominés, acculés à des guerres asymétriques (Palestiniens, IRA, Tigres tamouls, résistance irakienne, etc.). 

Vietnam : Offensive Révolutionnaire contre les Villes

Saigon, 1968, jeune réfugié et notable : richesse et pauvreté


Après une vingtaine d'années de guerre révolutionnaire [1946/1968],  dont la stratégie politico-militaire s'appuyait sur la guérilla rurale, les révolutionnaires vietnamiens, en janvier 1968, lancent une vaste offensive sur les villes ennemies du Sud-Vietnam. L’offensive du Têt, attaque frontale contre les forces armées sud-vietnamienne et américaine dans les villes, jusqu'au coeur de Saigon, dans l'enceinte même de la sacro-sainte ambassade américaine, est surprenante : s'attaquer aussi massivement contre les troupes ennemies des villes et villages allait contre toute logique. S'agissait-il de profiter d'un effet de surprise, d'impulser un soulèvement urbain généralisé destiné à accélérer la fin du conflit, ou bien de médiatiser au plus haut niveau, cette guerre interminable, en portant symboliquement et spectaculairement le conflit dans les villes ?

L’offensive du Têt, une bataille décisive de la guerre du Vietnam

LIFE , 9 février 1968
Phil Hearse 
L’offensive du Têt, une bataille décisive de la guerre du Vietnam

Menée en janvier et février 1968, l’offensive du Têt a scellé la défaite états-unienne dans la guerre du Vietnam. Paradoxalement les armées insurgées — l’Armée populaire du Vietnam (APL) et le Front national de libération (FLN) — n’ont atteint que peu de leurs principaux objectifs politiques et militaires et ont subi des lourdes pertes. Mais l’ampleur dramatique de l’offensive et les images des luttes urbaines visibles sur les écrans des télévisions du monde entier ont convaincu les opinions publiques mondiale et américaine que cette guerre ne pouvait pas être gagnée par les États-Unis. 

Vietnam : Cu Chi, une Ville Rebelle souterraine

Maquette de principe du complexe souterrain de Cu Chi.

« Personne n'a démontré plus d'habileté à cacher ses installations que le Viêt-công, une organisation de taupes humaines ».


Dans la bouche du général William Westmoreland, commandant en chef de l'armée américaine au Viêt Nam, il s'agit bien d'un compliment. Il n'est pas immérité : les vietnamiens ont creusé - de la guerre contre la France à la fin des années 1940 jusqu'à la victoire finale en 1975 - l'immense réseau souterrain de Cu Chi, qui devait permettre aux combattants vietnamiens de ravitailler depuis la piste Ho-Chi-Minh et d'implanter une zone de combat sans massif forestier -après les bombardements-  proche de Saïgon.

VIETNAM : Fragging et Mutineries dans l'U.S. amy

These battle-weary troops from the 1st Air Cav. had just staged a 'combat refusal' 


Dans le jargon de l'US army le fragging - qui se traduit littéralement par « fragmentation » - désigne un attentat contre un officier de la chaîne de commandement d'une unité dans l'intention de le tuer.

Kevin Keating
Traduction : Syndicat intercorporatif anarcho-syndicaliste, Caen


Un ami qui était dans l’armée américaine durant la guerre du Golfe Persique m’a raconté que lorsque Georges Bush avait visité les troupes en Arabie saoudite avant la guerre, beaucoup d’hommes et de femmes à proximité immédiate de Bush s’étaient vus retirer les munitions de leurs fusils et pistolets. Les chargeurs furent aussi enlevés de leurs fusils. S’il en fut ainsi, cela montre clairement que Bush et ses dirigeants de grandes sociétés ont pu être effrayés par les engagés que Bush allait bientôt envoyer au casse-pipe dans sa vaine campagne de réélection.

Vietnam : Victimes de l'Agent Orange

André Bouny : Agent Orange Apocalypse Viêt Nam


« ... Il n’y a peut-être aucun langage réaliste suffisamment puissant pour traduire les horreurs de la guerre du Viêt Nam (le bombardement des villages, la destruction de l’habitat rural, le massacre de millions de gens, la dévastation d’un paysage magnifique, les effets cruels de l’Agent Orange sur les adultes et les enfants)[...]»

Howard ZINN
Historien et intellectuel,

C’est un crime hideux

Noam CHOMSKY
Membre du Comité International de Soutien aux victimes de l’Agent Orange


Extrait du livre de André Bouny Agent Orange Apocalypse Viêt Nam  concernant les conséquences de l'agent orange. Dow Chemical, Monsanto, Diamond, Uniroyal... Découvrez les crimes impunis des marchands de la mort.


Mike DAVIS : Bombsville au Vietnam

 Da Nang, arrestation d'une Viet Cong en octobre 1972

En d’autres termes, la voiture piégée était tout d’un coup devenue une arme semi-stratégique comparable sous certains aspects à l’aviation dans sa capacité de détruire objectifs militaires centraux et cibles urbaines critiques, ainsi que de terroriser la population de villes entières.
Mike Davis

Dès les premiers temps de la guerre, les révolutionnaires vietnamiens pratiqueront la propagande par le fait, en multipliant les assassinats et les attentats, qu'ils avaient déjà pratiqué contre l'armée d'occupation japonaise. Reprenant ainsi, les actions des résistants français durant la second guerre mondiale contre les occupants nazis et leurs collaborateurs. La réponse de l'armée française et de la police franco-vietnamienne, puis par la suite sud-vietnamienne, sera  la torture et les assassinats. La violence est dans les deux camps, jusqu'à la fin du conflit.
Plan d'attaque Vietcong contre un club militaire coréen à Saigon

VIETNAM : Villes et révolutions [ Partie 4 ]


Cette quatrième partie de notre série Villes et Révolutions * présente en plusieurs articles ** le rôle des villes dans la guerre révolutionnaire et anti-coloniale du Vietnam contre le colonat français, puis contre les forces armées sud-vietnamiennes et américaines. Un rôle tout aussi primordial, pour les dirigeants révolutionnaires nord-vietnamiens : les deux combats sont inséparables, la guerre doit être partout et en même temps, sur tous les fronts, menée par le Peuple dans sa totalité. 

Ce qui invalide la légende largement admise qui affirme que le retour ou l'avènement de la guérilla urbaine s'est effectuée via les organisations révolutionnaires de l'Amérique du Sud [Uruguay, Brésil] puis de l'Europe [RAF, Brigades Rouges, Action Directe, etc]. L'attentat à la bombe, la voiture piégée seront dès 1949, largement pratiqué par les révolutionnaires vietnamiens.

Vietnam : la Guerre contre les Villes





Nous les bombarderons de telle façon, avec nos moyens aériens et navals, et non pas avec nos forces terrestres, qu’ils régresseront 
à l’âge de pierre.


Il faut tuer les gens, et quand vous avez tué assez, ils cessent le combat.

Le chef d’état-major de l’US Air Force au Vietnam, général LeMay

Malgré l'horreur et la vague de réprobation mondiale suscitées par les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, et le douloureux souvenir des villes allemandes et japonaises anéanties durant la seconde guerre mondiale, les Etats-Unis reprennent en Corée, au Vietnam et au Cambodge, les bombardements aériens massifs contre des objectifs civils, qui seront au cœur de la stratégie militaire américaine. La guerre de terreur contre les populations civiles doit être menée en parallèle aux combats contre les effectifs militaires. Soit une forme de terrorisme. Gérard Chaliand affirme ainsi que, s'il on veut pleinement rendre compte du phénomène du terrorisme, qui consiste à inspirer ou à répandre la terreur, il faut évoquer les bombardements allemands sur Coventry, ou alliés sur Dresde, les bombardements américains sur Tokyo, et enfin et surtout, ceux de bombes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki.

USA : Atomic City


"La paix obtenue grâce à notre bombe !"
Titre d'un quotidien, 1945

Salute to Bikini

Le 7 novembre 1946, plus d'un an après la Victoire remportée grâce à deux bombes atomiques larguées sur Hiroshima et Nagasaki, des militaires américains se régalaient d'un magnifique gâteau à la chantilly en forme de champignon atomique. La petite fête, intitulée Salute to Bikini, ne devait pas célébrer la victoire atomique [quand même] mais les militaires ayant participé aux essais nucléaires se déroulant sur l'atoll des îles Bikini. La photo sera publiée par de nombreux quotidiens dont le Times Magazine. Ce n'est seulement que trois jours plus tard qu'un pasteur s'est fendu d'un sermon réprobateur à l'encontre des indécents militaires, qualifiant le gâteau de véritable outrage.

Image du documentaire Atomic City de Micha Patault

MAYOTTE : Esclavagisme moderne et Bidonvilles

Tant qu'un homme pourra mourir de faim 
à la porte d'un palais où tout regorge, 
il n'y aura rien de stable dans les institutions humaines.

Eugène Varlin

Mercredi 19 octobre 2011 : Trois semaines de rassemblements et de manifestations à Mayotte, en France. Au cours d'une manifestation, Ali El Anziz est décédé suite à un tir de grenade lacrymogène de la police. Le  préfet, évoque un malaise cardiaque... [!] Mayotte, département français d'Outre Mer où s'érige, comme en Guyane, à Nouméa, les plus grands bidonvilles de France. 

Mike Davis les émeutes de Los Angeles 1992

Los Angeles riot, 1992

Rodney King ? Merde ! Tous les jours mes potes sont frappés comme des chiens par les flics. Cette émeute, c’est pour tous les copains assassinés par les flics, pour notre petite sœur tuée par les Coréens, pour les vingt-sept ans d’oppression... L’affaire Rodney King n’a été qu’un détonateur.
Un Blood d’Inglewood
Mike Davis
Los Angeles n’était qu’un début
Le bûcher des illusions

Los Angeles : un transport de troupes blindé occupe le coin de la rue — un gran sapo feo, un gros crapaud moche, comme dit Emerio, un gamin de neuf ans. Ses parents évoquent avec anxiété, presque en murmurant, les desaparecidos : Raul, de Tepic, ou le grand Mario, la fille des Flores ou le cousin d’Ahuachapan. Comme tous les Salvadoriens, ils savent, d’expérience, à quoi s’en tenir sur les “disparitions” ; ils se souviennent de la guerre, au pays, des corps sans tête et de l’homme dont la langue avait été passée par le trou ouvert dans sa gorge, lui faisant comme une sorte de cravate.

Entretien avec la Black Panther Eldridge Cleaver


Eldridge Cleaver
Entretien avec John Mc Grath
Février 1970

Eldridge Cleaver occupe quelques pièces au premier étage d’une petite maison blanche au bord de la mer, avec vue sur la baie d’Alger. On y trouve une population flottante : des Panthères, des amis, des révolutionnaires, noirs et blancs. En Algérie, il est en rapport avec des représentants de mouvements de libération d’Afrique et du monde entier qui se retrouvent là sous le regard amical de ce curieux amalgame qu’est le régime algérien. Pendant ce temps, en Amérique, les Panthères sont toujours assassinées ou emprisonnées. De plus en plus, elles évoluent vers la gauche, dépassant l’ancien chauvinisme noir. C’est parce que je m’intéressais à cette évolution ― l’internationalisme de plus en plus prononcé des Panthères et leur prise de conscience socialiste ― que j’ai interviewé Cleaver. Il refuse de s’entretenir avec la C.B.S., la N.B.C. et avec les grandes organisations. Sa femme et ses enfants sont au Danemark. En leur absence il essaie de terminer un livre. C’est un homme de grande valeur qui se révèle ici, et son parti est en train de suivre une évolution idéologique d’une grande importance.

USA, Révoltes Urbaines


« Je lis ce rapport sur les émeutes de Chicago en 1919 et c'est comme si je lisais le rapport de la commission d'enquête sur les désordres à Harlem en 1935, le rapport de la commission d'enquête sur ceux de 1943, le rapport de la commission McCone sur les émeutes de Watts. Je dois sincèrement vous dire, Membres de la commission, qu'on se croirait dans Alice au pays des merveilles, avec le même film qu'on nous repasse éternellement : même analyse, mêmes recommandations, même inaction»
 Kenneth Clark [1]
1968
Durant la première moitié du vingtième siècle, plusieurs millions d’Afro-Américains quittent le Sud des États-Unis pour rejoindre le Nord, le Middle West et l’Ouest du pays dans un mouvement connu sous le nom de Grande migration (1916-1930). Ils espèrent échapper à la ségrégation et aux violences dont ils sont toujours victimes dans le Sud, accéder au droit de vote ainsi qu’à de meilleures conditions de vie. Le dynamisme industriel du Nord, les besoins en main d’œuvre consécutifs à l’intensification de la production militaire durant la Première Guerre mondiale offrent les conditions de cette vague migratoire. De 1910 à 1930, la population noire des seules villes de Chicago, New York et Philadelphie passe de 226 000 à 902 000 individus. La concentration des Noirs dans les grandes villes du Nord conduit à la formation de quartiers à forte majorité afro-américaine comme le South Side de Chicago ou Harlem à New York.

Manhattan : l'urbanisme extrême du capitalisme

Hugh Ferriss, illustrateur, étude impact loi 1916 sur les buildings, New York


Dans tout cela, pas de manifeste, pas de débat architectural, pas de doctrines urbaines, pas d'idéologie, pas de théorie, une seule réalité : le gratte-ciel.
 Rem Koolhaas
New York Délire

Au début du 20e siècle, les quartiers d'affaires des grandes villes américaines -Manhattan à New York, le Loop à Chicago- représentent l'expression de l’idéologie capitaliste post-industrielle dans l'espace réel de la ville. On peut ici avancer l’idée d’idéologie réalisée. Ils se distinguent, en tout premier lieu, par les buildings puis les sky-scrappers. Ce type d'architecture et l'urbanité qu'il induit n'est le produit d'aucun modèle intellectuel, de mouvement idéologique ou utopique. L'architecture et indirectement le modèle urbain des quartiers gratte-ciel se sont constitués sans pensée théorique préalable :  les premiers grands trusts capitalistes utilisant à profit et au mieux les prodigieuses avancées technologiques ont ainsi produit un modèle sans véritable théorie, sous l'égide des politiques,  souvent associés aux grands financiers. L’architecte Rem Koolhaas, dans son ouvrage « New York Délire » affirme à ce propos : Dans tout cela, pas de manifeste, pas de débat architectural, pas de doctrines urbaines, pas d'idéologie, pas de théorie, une seule réalité : le gratte-ciel.

François Ascher : Droit à la Mobilité

Il sorpasso [Le fanfaron] film de Dino Risi, 1962. 

François Ascher [1]
Le mouvement dans les sociétés hypermodernes
Conférence à l’Université de tous les savoirs,  4 janvier 2006

La question du mouvement est intimement liée à celle du changement et elle est au cœur des interrogations sur la modernité. Je voudrais donc vous proposer quelques définitions du mouvement, de la mobilité et de la modernité, à partir du Littré, du Petit Robert et de quelques ajouts personnels.

Droit à la Mobilité : Eco-automobilité et Villes de demain

Chris BURDEN, Métropolis II

Notons en passant que la lenteur de la marche à pied et des autobus devient le luxe des « bobos » qui habitent, travaillent, s’approvisionnent et se divertissent au coeur des villes.

François Ascher
Grand prix de l'urbanisme 2009 [France]