ITALIE : REVOLTE NO TAV au VAL de SUSA


Solidarité avec le peuple du Val di Susa qui va tenter de reprendre La Maddalena et de l’assiéger ce Dimanche 3 juillet 2011.



Une personne, Anna Recchia, 
tuée par les carabiniers 

Mercredi 29 juin 2011

SOURCE : Bellaciao 


Hier après-midi un blindé des "carabiniers" a écrasé et tué une retraité à Venaria, Anna Recchia de 65 ans. C’est une véritable opération militaire en vigueur contre les manifestants au Val di Susa. Comme à Gênes une fois de plus l’arrogance du gouvernement italien a tué sous les pneus de véhicules de police. 








Ces jours-ci, des dizaines de véhicules militaires sont empilés de haut en bas de la vallée. Rappel De violents affrontements ont opposé dimanche un millier de militants écologistes aux forces de police dans le val de Suse, dans les Alpes italiennes, à la suite du début du chantier du TGV Lyon-Turin. Les militants installés en campement à proximité sont réunis dans le collectif No TAV (treno alta velocità, train à grande vitesse) qui regroupe des associations écologistes opposées au tracé ferroviaire. Dès 6 heures du matin, un important dispositif policier de 2 000 hommes était sur place, et des bulldozers ont détruit les barricades élevées par les manifestants. On comptait en milieu de journée plus de 80 blessés dans les manifestants. Le trafic sur l’autoroute et la liaison avec la France ont été interrompus pendant plusieurs heures.




1er juin 2011

Italie : Affrontements au Val de Suse


SOURCE : Secours Rouge

Depuis 2005 et grâce à une mobilisation massive (et au manque de fonds !), les travaux du TGV Turin-Lyon, le TAV, étaient au point mort... Mais les travaux vont commencer, qui devraient se terminer en 2023, ravageant toute la vallée. Pour ouvrir le chantier, des blindés des forces de l’ordre ont remonté la route menant à Chiomonte où la résistance s’est concentrée.


Toute la nuit, des centaines d’opposants sillonnent la vallée éclairés par les lampes frontales et par la lune. Des dizaines d’arbres ont été coupés et placés sur les différentes routes qui mènent au site ; des tranchées sont creusées au caterpillar , tout moyen et bon pour stopper l’avancée des blindés : arbres, rails de chemin de fer, terre, pierres, etc. Les forces de l’ordre traversent un tunnel et à leur sortie... sont obligés d’y rentrer à nouveau, car les gens, placé sur le flanc de la montagne, leur lancent des centaines de pierres. Ils ont finalement été obligés de faire demi-tour.





Carte du tracé disponible, bien sur, sur le site :





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire